À la rencontre de nos étudiants : Émilien et Mickaël, en formation ETS

AccueilActualités ▷ À la rencontre de nos étudiants : Émilien et Mickaël, en formation ETS

Dans le cadre de sa Journée Portes Ouvertes le samedi 26 janvier 2019, l’IRTS Poitou-Charentes vous propose d’aller à la rencontre de ses étudiants.
Tous les jeudis, un interview d’une ou d’un étudiant(e) sera publié sur le site internet pour vous permettre de découvrir son parcours, sa formation et ses ressentis.

 

Pour ce premier interview de l’année, ce sont 2 étudiants en formation d’Éducateur Technique Spécialisé qui vous parleront de leurs parcours : Émilien, 31 ans, et Mickaël, 46 ans.

Quel est votre parcours ?

Émilien : j’arrive d’un BEP et Bac Professionnel Travaux Paysagers, suivi par 1 an de BTS ans non finalisé. Après, j’ai été embauché à un ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) en Charente Maritime où je travaille encore.

Mickaël : J’ai un parcours plus compliqué, j’ai d’abord fait un CAP de tourneur-fraiseur. Je suis passé par l’animation socio-culturelle, puis je suis devenu éducateur sportif. Ensuite j’ai passé un diplôme de ME (Moniteur Éducateur). Suite à mon stage long en formation, j’ai été embauché dans un ITEP (Institut Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques). Après 10 ans d’internat à l’ITEP, j’ai souhaité faire une autre formation : j’ai hésité entre ETS et ES (Éducateur Spécialisé). Vu que je suis passionné par le bricolage, j’ai choisi la formation ETS. Le support technique m’intéressait plus.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager dans un métier du social ?

Émilien : Alors en fait, l’équipe d’espace vert d’un ESAT venait travailler chez mes parents. Je les ai rencontrés comme ça. En discutant avec les éducateurs et les travailleurs en situation de handicap, j’ai découvert le métier. Par la suite, j’ai eu l’occasion de travailler les été pour des remplacements en tant qu’encadrant pour une équipe d’espace vert. L’été de mon BTS, sachant que cela ne me convenait plus, l’ESAT a proposé de m’embaucher. J’ai dû prendre une décision importante mais, malgré mes appréhensions sur la maladie mentale que je ne connaissais quasiment pas, j’ai tout de même tenté l’expérience pour partir sur une voie, différente mais avec de nouveaux challenges.

Mickaël : Pour moi c’était une continuité : en tant qu’animateur culturel ou éducateur sportif, j’étais confronté à des personnes en situation de handicap. En vieillissant, je me suis rendu compte que je ne pourrai pas exercer le métier d’éducateur sportif toute ma vie. Physiquement c’est éprouvant. Et donc, je me suis orienté sur la formation de Moniteur Éducateur, parce que j’étais intéressé par le partage avec les différents publics. Suite à cette formation, de stage en stage, j’ai eu envie de continuer mon parcours dans ce domaine.

 

Pourquoi ce métier en particulier et pas un autre ?

Émilien : Ce que j’ai apprécié dans ce métier, c’était le plaisir d’apprendre aux personnes en situation de handicap certaines compétences et des techniques que j’ai acquis pendant mes études, en s’adaptant à eux bien sûr. De partager des connaissances.

Mickaël : J’ai eu la chance de remplacer un collègue qui intervenait sur un atelier. Et je me suis rendu compte que la partie technique c’était un lien de communication supplémentaire. D’échanger autour d’une passion commune, c’est intéressant.

 

Auriez-vous une expérience marquante que vous avez vécu pendant votre formation à nous partager ?

Émilien : Pour l’instant, ce que j’ai trouvé le plus important, c’est tous nos cours sur l’ergonomie : savoir adapter un poste de travail par rapport au public qu’on a, décortiquer l’environnement pour s’adapter à la personne dans un atelier. C’est très important pour le métier d’ETS. C’est des choses que j’avais déjà apprises avec mes collègues, mais là c’est forcément plus approfondi. Ça permet de se rendre compte qu’on ne fait pas toujours tout bien, qu’il y a des choses à améliorer.

Mickaël : Ce que je retiens, c’est qu’avec l’expérience de 10 ans que j’ai en tant que ME, la formation me parle plus aujourd’hui que lorsque je suis arrivé en formation ME. Je fais plus de lien avec la théorie que j’ai pu le faire pendant ma première formation. Certaines  fois, ça me fait des piqures de rappel avec ce que j’ai déjà appris mais j’y mets plus de sens. C’est une formation qui est complète.

 

Dans quel secteur aimeriez-vous travailler après vos diplômes ?

Émilien : Pour l’instant dans le secteur ou je travaille actuellement, à l’ESAT, mais pourquoi pas un jour dans un IME (Institut Médico-Éducatif),  avec un public plus jeune.

Mickaël : À long terme, j’aimerais m’orienter vers la déficience mentale avec des jeunes. Je suis habitué à ce public et depuis très longtemps, j’aime travailler avec les jeunes. J’aimerais transférer les connaissances que j’ai dans divers domaines. Dans mon stage actuel en IME, j’ai créé un atelier mécanique vélo et je m’occupe aussi d’un atelier espaces verts. Le fait de ne pas toujours faire la même chose, je trouve ça intéressant. Ça me permet aussi de voir des jeunes sur 2 ateliers différents et je m’aperçois qu’ils n’ont pas le même comportement et les mêmes centres d’intérêts. Du coup, ça permet d’avoir une vision différente des comportements.

 

As-tu un conseil à donner aux personnes qui souhaiteraient faire ce métier ?

Mickaël : Il n’y a pas forcément besoin d’avoir des connaissances techniques pour devenir Éducateur Technique Spécialisé. La formation aujourd’hui est ouverte tout le monde, il y a des jeunes sans expériences professionnelles  dans notre promotion. On peut très bien faire cette formation quand on sort juste de l’école.

Émilien : Je dirai qu’il faut avoir les valeurs du social : l’ouverture d’esprit et l’esprit d’équipe, c’est important. Je fais du rugby à côté, c’est quelque chose que je partage beaucoup, et que je retrouve dans le social. Sinon, il faut être patient.

Mickaël : Pour rejoindre ce que dit Émilien, je rajoute que pour les formations ETS, nous avons des petites promotions, et que du coup, on s’entraide beaucoup entre nous.

 

Pour rencontrer les étudiants et formateurs de l’IRTS, rendez-vous à la Journée Portes Ouvertes samedi 26 janvier 2019 de 10 h à 16 h.
Cliquez ici pour plus d’information.

 

 

Devenir Éducateur Technique Spécialisé

Professionnel(le) du travail social, l’Éducateur Technique Spécialisé intervient en matière d’intégration sociale et d’insertion professionnelle auprès des  personnes présentant  un handicap ou des difficultés d’ordre social ou économique. La formation d’Éducateur Technique Spécialisé dure 3 ans et prépare à un diplôme de niveau II. Elle est accessible à Poitiers.
Pour en savoir plus, consultez la page dédiée.

 

Nos autres interviews


ACTUALITÉS CONNEXES

Journée Portes Ouvertes 2019

Vous êtes intéressés par les métiers du social ? Vous souhaitez avoir des informations sur l'évolution de nos formations et des processus d'inscription ? L'IRTS Poitou-Ch...►►

IRTS Poitou-Charentes – Nouvelle-Aquitaine

Vous êtes intéressé par les métiers du sanitaire et du social et vous avez besoin d’avoir plus d’informations ?  Inscrivez-vous aux modules « Découvertes des Métiers » !...►►

Rentrée 2018 : dernière session d’admission jusqu’au 24/08

La dernière session d'admission pour une rentrée en 2018 aura lieu du 03/07/18 au 24/08/18.   Les formations concernées par cette session sont : Accompagnant Éducati...►►